samedi 8 mai 2010

Stina Nordenstam partie 1


Aujourd'hui, gros dossier (en deux parties) : Stina Nordenstam!


Je m'appelle Stina et j'adore regarder en haut à droite de manière désinvolte

J'ai découvert Stina Nordenstam en 1995. A l'époque étudiant en langues scandinaves à Lille, j'avais décidé de me spécialiser dans la musique minimaliste et que personne n'écoutait et, après avoir dévoré le premier album, debut de Björk, (et en 1995 rares étaient ceux qui connaissaient Björk), je tombai sur un article des inrocks qui parlait de cette chanteuse au nom difficilement prononçable et que les professionnels de la profession comparaient à la-dite Björk.
Mon premier disque de Stina fut (heureusement) And she closed her eyes.



Je dis heureusement car à l'époque, il n'existait que deux albums d'elle. And she closed her eyes donc, et Memories of a color, un premier LP plein de bonnes choses mais assez peu représentatif de l'artiste...

A la première écoute, je compris le lien entre Björk et Stina Nordenstam. Leurs voix sont assez proches mais à bien réécouter c'est là le seul point commun entre les deux artistes. Si l'Islandaise est une bête de scène qui n'hésite pas à en faire des caisses dans ses délires, la Suédoise, sorte de Françoise Hardy du grand nord, ne fait quasiment ni concert ni interview.
En préparant ce petit dossier, je me suis en quête de supports vidéos et c'est alors qu'un beau jour, sur youtube, je tombe sur cette petite perle, une ancienne interview de la belle pour MTV UK. En regardant bien, on se sent tout de suite qu'elle n'est pas très à l'aise...

video

And she closed her eyes est un disque pop/folk et mélancolique qui décrit des émotions avec douceur. Elle y parle de rupture, d'amour et d'une obsession qui reviendra souvent dans ses chansons, la mort.
Avec de tels thèmes, difficile de faire une carrière consensuelle à la Britney Spears, donc pas de tube sur ce disque si ce n'est, peut-être, little star, la petite chanson légère qui fut reprise dans le film Leonardo Di Caprien Romeo+Juliet.

video


Et donc, comme tous les fans, j'ai tendance à moins écouter celle-là, lui préférant des titres comme celui-ci.


video
Hopefully yours

Si le premier album de Stina était un petit bonbon sucré de pop jazzy et de mélodies encore assez eighties, son deuxième opus voyait déjà la peinture se craqueler et c'est avec Dynamite (encore meilleur selon moi) que Stina faisait exploser les codes et dévoilait enfin son vrai visage.

Et effectivement, Beaucoup plus sombre et tourmenté que ses albums précédents, Dynamite tombe dans une introspection froide et électrique. Si l'artiste utilise pour la première fois et sur quasiment tous ses titres des guitares saturées, Dynamite n'en est pas pour autant une oeuvre tataboum. On est dans un autre univers. Un univers où se cotoient le désespoir, la rupture et des enfants tueurs (Mary Bell). Bon évidemment dit comme ça, ça donne pas très envie mais il existe des disques un peu triste qui font quand même du bien.

video

Donc, ce qu'il faut retenir de ce petit article :
- Qu'il y aura un autre post dans lequel j'évoquerai la deuxième partie de la carrière de Stina Nordenstam avec les albums People are strange, This is SN et The world is saved...
Je parlerai également de la petite soeur de Stina, Emma qui chante sur scène et en suédois! Et ben dis donc!



Oui j'aime beaucoup regarder en haut à droite de manière désinvolte

* * *

Et je finis avec les Suédois de Wannadies qui n'ont pas grand rapport avec Stina Nordenstam si ce n'est cette chanson, you and me song qui figure comme little star, sur la bande originale de Romeo+Juliet...


video
Ça me rappelle qu'il faudra bien un jour faire un topic sur le tataboum suédois...

1 commentaire:

  1. Great blog!!

    If you like, come back and visit mine: http://albumdeestampillas.blogspot.com

    Thanks,
    Pablo from Argentina

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...